mercredi 8 août 2012

Uramado - 裏窓 - The Japan's Most RemarKable S-M Magazine





La revue Kitan Club (visible ici), en toute logique, devait faire face à la concurrence. Dans les années 50, la revue "Fuzokusoushi" ("Soshi"), pendant environ un an (elle plongea ensuite), la défia ouvertement, proposant le même contenu : illustrations, récits et photos Bondage, agrémentés de quelques John Willie au fil des pages !

Un peu plus tard, il y eut également celle qui nous intéresse aujourd'hui : "Uramado" -  裏窓 - signifiant Rear window, "Lunette arrière" en francais (ou "Fenêtre sur Cour", à en croire le titre français du film d'Hitchcock )

Ce sont des extraits d'Uramado s'étalant de 1958 à 1964 qui sont publiés dans le post ici présent.

Contrairement à "Soshi" qui se contentait d'un copié-collé de Kitan Club, "Uramado" tirait son épingle du jeu par des illustrations de grandes qualités, audacieuses, usant parfois du collage, ou mélangeant plusieurs procédés graphiques en même temps.
Aussi, des feuillets entiers étaient imprimés sur du papier de couleur, ajoutant au tout un côté pop-sixties assez moderne, et permettant ainsi de différencier cette publication des autres dés le premier coups d'oeil.

De plus, un certain nombre de photos bondage de la revue n'avaient de bondage que le nom, car elles n'étaient en fait que des photos de nus, exposant des femmes avec un grand respect et un considération de leurs corps, rappelant davantage un manuel de dessins anatomiques qu'une revue tendancieuse axée sur le cordage charnel. Mais le bondage, vous le verrez, n'avait pas une grande place dans "Uramado" (surtout comparé a Kitan Club). S'il y en avait, via certaines photos surtout, c'était - je supposes - histoire de faire le lien avec les autres publications de l'époque. 

A ce post s'ensuivra un autre dédié au splendide dessinateur Kito Akatsuki, qui a oeuvré pour la revue. 


( pour une meilleure immersion, j'ai mélangé les 100 images de ce post)




























































































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire